La mutuelle d’entreprise est-elle avantageuse pour les salariés ?

0

La mutuelle d’entreprise est-elle avantageuse pour les salariés ?

Près de 96 % des salariés bénéficient désormais d’une mutuelle d’entreprise. C’est ce que montre une enquête de la Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statiques (Drees). Mais tous les salariés n’ont pas forcément été avantagés par la mise en place de la mutuelle obligatoire.

Avec la loi ANI, une meilleure
couverture santé pour les salariés

Selon les chiffres recueillis par la Drees, la mutuelle obligatoire a été bien adoptée dans les entreprises. Les petites et les moyennes entreprises ont franchi le pas et proposent désormais un contrat groupe à leurs collaborateurs. 96 % des salariés disposent d’une mutuelle d’entreprise en 2017, alors que le chiffre ne s’élevait qu’à 75 % avant l’ANI.

Les petites et moyennes entreprises sont forcément plus concernées, et la part totale d’entreprises qui proposent cette couverture passe à 84 %. Avant la loi ANI, une entreprise sur deux seulement proposait un contrat de groupe, et même moins de 4 sur dix pour les TPE ! Selon la Direction de la recherche d’ailleurs, « les établissements qui demeurent non couverts sont très souvent des petites structures dans lesquelles tous les salariés ont fait valoir une dispense d’adhésion ».

Tous les salariés sont-ils avantagés
par la réforme ?

La mutuelle d’entreprise obligatoire est financée à 50 % par l’employeur, sur la base du panier de soins minimum. Selon l’étude, la réforme n’est pas toujours avantageuse pour l’ensemble des salariés. Certaines entreprises ont ainsi profité de la réforme pour modifier les taux de remboursement, ou pour revoir le montant de leur participation. Dans certains cas, cela a pu avantager le salarié… mais pas toujours. « Ce qui explique qu’une partie des salariés a vu ses cotisations augmenter ces dernières années », relève LeFigaro.fr.

C’est aussi ce qui peut expliquer le choix de certains collaborateurs d’opter pour la dispense d’adhésion. Il reste donc un peu de chemin à faire du côté des entreprises !

Partage.

L'auteur