Un an après, le bilan de la loi ANI

0

Cela fait une année maintenant que toutes les entreprises ont l’obligation de proposer à leurs salariés une mutuelle complémentaire.

Cela a chamboulé beaucoup le monde des assurances car tous les assurés sociaux qui avaient une mutuelle personnelle ont basculé sur un contrat entreprise.

Moins d’adhésion qu’en 2013

En revanche, selon le dernier  baromètre annuel de la Fnim (Fédération nationale indépendante des mutuelles), le taux d’adhésion à une complémentaire santé n’a pas évolué. Il a même régressé : en 2013, le taux était de 94%, en 2016 il passe à 92%.

Renoncer à des soins

Malgré la volonté de faire bénéficier le plus grand nombre d’une meilleure couverture de remboursement, des foyers ont renoncé à certains soins. 50% des personnes déclarant moins de 20 000 € par an déclarent avoir renoncé pour des raisons financières malgré la mutuelle.

Des populations vulnérables

Il convient de rappeler que l’ANI ne concerne que les personnes salariées : il existe encore des populations vulnérables (chômeurs, travail précaire, apprenti ou étudiants) qui n’ont pas de complémentaire permettant de se soigner sans regarder à la dépense.

 

 

Partage.

L'auteur